Rechercher sur le blog:
14
Juil-2014

De Séoul à Montréal: Le Japon, entre modernité et tradition

Japon: entre modernité et tradition

Vous avez dit bizarre?

L’impression qui domine en arrivant au Japon, c’est l’étrangeté. Débarquant de Corée, on perçoit qu’il y a retour de l’humain au centre de la conception sociétale japonaise. Place au pavillons individuels, avec leurs jolies tuiles émaillées et faîtes de toits ouvragés. Place à l’urbanisation verte où parcs et jardins affichent leurs circulations douces dessus et dessous les villes. Retour à la diversité architecturale qui mêle ancien et nouveau. Place aux moyens de circulation collectifs et le Japon n’en manque pas avec la mer omniprésente et des lignes routières et ferroviaires performantes. Non ce n’est pas ça qui vous impressionne. Ce qui vous surprend c’est ce pouvoir étrange qu’ont les Japonais de rassembler ce qui a priori ne s’y prête pas. Par exemple, des mamies en pur style Chanel années 30 et des jeunes filles en réplique exacte des héroïnes de mangas, ici ça passe! La « box », mini monospace produit des amours interdites entre un camion et une mini voiture, sorte de boîte en effet, est peut être votre voiture de demain, urbaine, pratique et laide à souhait, et ça passe! Inventive, extravagante, mais délicieuse, la cuisine japonaise est sans doute la plus fine illustration de mon propos. Cuits, crus, les goûts s’entrechoquent, explosent en bouche et ça passe…

D’une île à l’autre

Tout ne se passe pas aussi bien. Depuis la prise de contact à Fukuoka sur l’île de Kyushu, j’ai du mal à retrouver ma route. D’abord on circule à gauche et autoroutes, voies rapides, routes autorisées pistes cyclables s’entremêlent si étroitement que je me perds à plusieurs reprises dans une signalisation perturbante. Je me retrouve ainsi de l’autre côté de l’île à Yukuhashi, sans l’avoir vraiment souhaité. Mais qu’importe je vais à Hiroshima, sur l’île principale de Honshu. Pour passer le bras de mer qui les sépare un tunnel a été spécialement creusé pour les vélos. On y accède par ascenseur aux deux bouts et oh surprise, j’y croise bon nombre de sportifs descendus y parcourir leurs 750m en allers retours. Comme eux, Je fais un pied de nez au typhon qui me pousse de Shimonoseki vers Hiroshima à grand renfort de vent.

Hiroshima mon désamour

Rien ne laisse supposer ce qui s’est passé ici ce matin du 6 août 1945. Quand soudain, à 600m au dessus de la ville, Enola Gay larguait « litle boy » première bombe A qui explosait et réduisait en cendre la ville entière sous son dôme de chaleur et de pression intense. La pluie radioactive qui s’en suivit, née de l’étrange champignon vu pour la première fois, fit le reste pour les survivants assoiffés. 350 000 victimes, dont beaucoup d’enfants, sont recensées au mémorial au point 0 du dôme de la préfecture, dans ce qui s’appelle désormais le parc de la paix. Bien sur la ville était alors en bois et n’occupait qu’une mince partie du delta du fleuve Ôta qui se jette non loin d’elle dans la mer. Bien sur c’était une ville de garnison à forte présence militaire. Mais comment ne pas être saisi par l’émotion en levant les yeux vers le ciel à l’endroit précis où surgit la mort en arc de feu. Comment ne pas penser aux milliers d’enfants mobilisés par le commandement japonais pour l’effort de guerre qui périrent ce jour là. Oui Hiroshima on ne doit pas t’oublier et perpétuer pour l’éternité dans ta nouvelle ville, riche,gaie, belle et insouciante le souvenir universel de ce qui saisit tant de vies à 8h15 ce matin là.

Je quitte Hiroshima en direction de la montagne pour un Japon rural, mais c’est une autre histoire…

4

 goûts / 4 Commentaires
Partager cet article:

Warning: count(): Parameter must be an array or an object that implements Countable in /htdocs/wp-includes/class-wp-comment-query.php on line 405
  1. Nardon /

    Enfin des nouvelles.

    On est heureux de savoir que tu vas bien et que tu AVANCES
    On pense à toi / soit cool

    « Je ne voyage pas pour aller quelque part, mais pour marcher…
L’important est de bouger, de sentir de plus près les nécessités de la vie
 et les besoins de la vie quotidienne
de quitter le lit douillet de la civilisation…
Quand le présent est si absorbant, qui pourrait se tourmenter de l’avenir ? » Robert Louis Stevenson

    Bisous les nardon

  2. Anthony (archerie) /

    Content d avoir des nouvelles pierre, et de te savoir en bonne santé après ce qui est passé au Japon. Bonne route

  3. jOSé /

    Le silence T’impose encore plus de penser aux êtres chers.
    Je ne suis pas étonné de cette situation en raison du fin stratege que tu es. NEANMOINS TE SACHANT FAIT PLAISIR, MON INQUIETUDE ETAIT LIEE AU TYPHON QUE TU AS , APPARAMMENT HABILLEMENT EVITE.
    CE QUI ME RECONFORTE C’EST DE TE RETROUVER TEL QUE TU ES NE DIT ON « PAS CHASSER LE NATUREL IL REVIENT AU GALOP » AUSSI LORSQUE TU DIT …les goûts s’entrechoquent, explosent en bouche et ça passe…LA JE RETROUVE LE VERITABLE PIERRE GOURMET.
    Bonne continuation heureux vagabond

  4. Francis /

    pierre, cool d’avoir de tes nouvelles. Je n’etais pas inquiet tu es indestructible!
    la bise

Commenter cet article


Cliquez sur la forme pour faire défiler

Archives

> <
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec
Jan Feb Mar Apr May Jun Jul Aug Sep Oct Nov Dec